Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RESISTANCE AFRICAINE

RESISTANCE-AFRICAINE.jpg

*********************************

afriquemediatv.jpg 

**********************************

118x118-vNP.jpg

*********************************

1459821_523266021102495_1419197891_n.png

*********************************

 

Recherche

YOUTUBE

 7749081576_f256dba668_z-300x300.jpg

FACEBOOK

 Cracked-Facebook-Logo-1500x1500-psd49009.png

19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 20:17

Christine Zékou :


POUR LE RESPECT DES RÈGLES DE DROIT ET DES RECOMPTAGES DE VOIX POUR UNE SOLUTION PACIFIQUE A LA CRISE POSTE ELECTORALE A L'UMP, NOUS IVOIRIENS ET PANAFRICAINS DE LA RESISTANCE, ORGANISONS UN SIT-TING, CE JEUDI 22 NOVEMBRE 2012 AU SIÈGE DE L'UMP, 238 RUE DE VAUGIRARD 75015 PARIS DE 14H A 19H TOUTES LES ASSOCIATIONS ET MOUVEMENTS PATRIOTIQUES .


CONTACT:

CHRISTINE ZEKOU

0652281225

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 18:43
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 16:17
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 20:27

 

COMITE DE PILOTAGE DES ACTIONS DE LA DIASPORA (CPAD)

AN 1 DE LA DEPORTATION DU PRESIDENT L. GBAGBO LE 1er DECEMBRE 2012:
GRANDE MARCHE A LA HAYE

Patriotes ivoiriens et africains,
Le 1er décembre prochain, il y aura un an que le président Laurent GBAGBO a été déporté à la Haye. C’est une date douloureuse certes mais, pour la Résistance, c’est surtout une date symbolique qui ne peut passer sous silence. Aussi en accord avec l’ensemble des mouvements et leaders de la Résistance, a-t-il été décidé de marquer cette journée par une GRANDE MARCHE de soutien au Président Laurent GBAGBO et au peuple martyr de Côte d’Ivoire qui est en proie à la barbarie quotidienne du régime ethno-dictatorial du sieur Alassane Ouattara.
Cher camarades de lutte, après plus d’un an d’une mobilisation pacifique tous-azimuts contre l’imposture d’Alassane Ouattara et ses soutiens internationaux, la lutte pour la restauration de la démocratie en Côte d’Ivoire a engrangé d’importants succès. Les agitations de l’ONU, de la CPI, et du gouvernement illégitime d’Alassane Ouattara face à la mobilisation sans faille des démocrates de tous horizons montrent que nous tenons le bon bout. Les incongruités du récent rapport du comité d’experts de l’ONU et le blocage de la CPI à rendre son verdict équitablement dans le procès contre le président Laurent Gbagbo en sont des signes patents. Quand à Dramane Ouattara, l’illégitimité et l’incompétence de même que la nature profondément criminelle de son régime ne sont plus à démontrer.
Toutefois, chers camarades, le serpent n’est pas encore mort. Notre combat pour la vérité arrive à un tournant déterminant, rendant notre présence à la Haye un impératif pour marquer le nouveau départ de la Résistance et pour le retour à la justice et à la paix en Côte d’Ivoire.
Le CPAD et tous les mouvements de la Résistance vous exhortent donc à prendre dès à présent toutes les dispositions nécessaires pour répondre présent à la Grande Marche du 1er décembre 2012 dans les rues de la Haye.
Ensemble, on ira jusqu’au bout.

Pour le CPAD
Dr Doua Y. Joachim
Le chargé de la communication

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 19:07

575063 389384914470874 1420759855 n

Après un long moment d’observation, le ministre Koffi Koffi Lazare décide de rompre le silence depuis son exil. L’homme n’a pas la langue de bois. Il parle de tout : La libération de Gbagbo, la situation des exilés, l’affaire Koné Katinan, la dictature en place à Abidjan, la collusion Ouattara-Bédié-Soro, les ex-rebelles frustrés, les attaques du commando invisible, les accusations contre le Ghana … Il dit ses vérités, sans état d’âme. Lisez plutôt.
Ca fait longtemps qu’on ne vous a pas entendu…

C’est exact. C’est tout simplement parce qu’une opportunité ne s’est pas offerte à moi. Et puis, il ne faut pas parler pour parler. Un homme politique, ou tout leader d’opinion doit parler en temps utile et juste. Dans les circonstances actuelles de crise que traverse notre pays, il faut savoir prendre son temps pour écouter les complaintes et les cris de douleur de notre peuple et savoir partager ses souffrances. Il faut prendre son temps pour suivre la marche du pays, observer dans quelle direction vont les choses, analyser et peser les décisions prises. Lorsqu’on doit intervenir, c’est pour soulager, panser les blessures du cœur, rassurer, et surtout encourager les cœurs meurtris et tous ceux qui ont perdu espoir et les remplir d’espérance. Notre peuple ne doit pas se sentir abandonné. Il faut savoir partager son quotidien et lui dire chaque jour que le temps vient où nos pleurs vont se transformer en joie.

Comment vous sentez-vous après la libération sous caution du porte-parole du président Laurent Gbagbo, le ministre Koné Katinan ?

Nous sommes soulagés. Nous avons vécu des mois de stress avec notre frère et camarade Koné Katinan retenu d’abord à la Bni (la Dst ghanéenne), puis dans les locaux d’Interpol Ghana. Lui en détention, c’était tous les réfugiés que nous sommes, qui étaient en détention. En le libérant même sous caution, c’est nous tous qui nous sentons libérés. Et nous avons salué sa libération par un accueil chaleureux, lorsqu’il a regagné son domicile, une première fois, le mercredi 26 septembre et une seconde fois, le 24 octobre dernier. Nous connaissions déjà Katinan, mais cette détention nous a permis de redécouvrir l’homme. Nous avons pu apprécier en lui, la qualité d’un homme fort, serein, confiant, conscient des responsabilités qui sont les siennes dans la mission de restauration de notre pays selon le mandat à lui confié par le Président Gbagbo. Nous avons (re) découvert un leader pourvu d’idéal, un homme de foi qui n’a jamais douté de la justice ghanéenne. Katinan était jusque-là, méconnu de la majorité des Ivoiriens. Mais la haine implacable de Ouattara contre lui est en train de mobiliser autour de lui tous nos compatriotes épris de justice. En l’espace de quelques mois, Katinan a engrangé de nombreuses sympathies. Aujourd’hui, avec son emprisonnement et sa libération vue comme un sacrifice pour la cause ivoirienne, Ouattara a réussi à faire de lui un nouveau leader vers qui les regards se tournent désormais, un nouvel acteur politique porteur désormais de toute l’espérance de la Côte d’Ivoire. Et nous nous en réjouissons.

N’avez-vous pas craint un moment son extradition ?

Comme Katinan, nous sommes nombreux parmi les réfugiés du Ghana à n’avoir jamais mis en doute le respect sacré que les autorités politiques et judiciaires de ce pays frère vouent à leurs lois et aux conventions internationales en matière de protection des réfugiés. Le Ghana est un pays de droit, un pays, on le sait, où l’on ne transige pas sur les questions des droits humains. Et puis il ya l’histoire. Non seulement depuis 1958, un an après son indépendance, ce pays est reconnu comme terre traditionnelle d’accueil des Africains combattants de la liberté poursuivis par les Etats au service du capitalisme international, mais ils sont nombreux, les acteurs politiques actuels qui ont connu dans leur parcours, les durs moments de l’exil. Pour toutes ces raisons, même si l’on dit que les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts, nous restons confiants quant à l’issue finale de la procédure judiciaire engagée depuis août contre notre camarade. Nous avons confiance. Le Ghana dira souverainement le droit. Nous faisons confiance aux autorités.

Vous ne vous sentez donc pas menacés au Ghana ?

Pour dire vrai, non. Nous nous sentons vraiment en sécurité ici. Le pays nous a accordé l’exil. Nous bénéficions depuis plusieurs mois du statut de réfugié politique. Les autorités ont fait ce qu’elles avaient à faire. Notre effort à nous, c’est d’être reconnaissant en respectant les lois du pays protecteur ainsi que le peuple du Ghana qui nous regarde en « frères ». Cependant, ce qui est inquiétant, ce sont plutôt les gesticulations d’Abidjan. Tous les faits et gestes des nouvelles autorités relayés par la presse qui leur est proche au quotidien donnent à penser qu’Abidjan veut entrer en conflit diplomatique, et s’il le faut en conflit armé, contre Accra pour une affaire de « réfugiés ». Cela n’est pas dans la culture africaine. Parce que le Ghana a accordé l’asile politique à « des frères ivoiriens », on fait croire à l’opinion que ce pays veut déstabiliser la Côte d’Ivoire. Aussi, dès qu’il ya une escarmouche quelque part, on indexe le Ghana. Pourquoi ?

Selon vous, qu’est-ce qui peut expliquer cette propension d’Abidjan à indexer le Ghana comme pays déstabilisateur ?

Je vois deux raisons. En premier lieu, Ouattara se rend compte qu’il ne peut pas réaliser ses promesses de campagne. Il n’a ni les moyens ni les capacités d’un leader à conduire ce pays phare qu’est la Côte d’Ivoire dans la sous-région. Il sait que les Ivoiriens l’attendent sur ce terrain-là. Mais ces amis à l’international trop pressés et exigeants le pressent pour des résultats probants. En indexant le Ghana comme pays déstabilisateur, il entendait détourner l’attention. Et de manière maladroite, au mépris de toutes les règles de bienséance diplomatique et de respect des coutumes de bon voisinage, il est parti jusqu’ à fermer unilatéralement les frontières avec le Ghana mettant en péril les conventions de libre circulation des biens et des personnes de la Cedeao. Mais le Ghana et les autres pays de la Cedeao, par sagesse, n’avaient pas réagi. Ensuite, en accusant le Ghana, il espérait obtenir notre extradition comme ça été le cas au Togo. Mais là aussi, le pays Kwamé Nkrumah est resté serein, très serein.

Mais à Abidjan, on vous présente comme les ennemis de la République et le ministre Hamed Bakayoko disait récemment que c’est parce que vous avez peur du succès de Ouattara que vous voulez l’empêcher de travailler.

J’ai lu cela et cela m’a fait sourire. Tout le monde sait en Côte d’Ivoire que les poses de première pierre ne font pas le développement. D’autre part, contrairement à ce qu’il veut faire croire, ce n’est pas au Front populaire ivoirien qu’il faut chercher les ennemis à Ouattara. Les vrais ennemis de ce dernier sont avec lui. Ils sont autour de lui, ils dorment avec lui et ils attendent leur heure.

Comment ça ? Qui sont-ils donc ?

On a souvent accusé à tort le Fpi et ses alliés comme responsables de toutes les escarmouches et tentatives de déstabilisation du régime de Ouattara ces derniers mois. On fait croire que ce sont eux, parce qu’ils auraient des raisons évidentes de le faire, frustrés qu’ils sont pour avoir été injustement chassés du pouvoir par la coalition armée France-Etats –Unis- Onu. Or, il n’en est rien. Le Fpi, très attaché à sa ligne de conquête du pouvoir pacifiquement par les urnes et non par les armes ne peut ni être à la source des attaques, ni inspirer toutes les violences observées ces derniers mois. La vérité est ailleurs. Au-delà du Fpi qu’on indexe après chaque attaque, il y a au moins six (6) groupes ou cercles d’individus dans la sphère du pouvoir actuel qu’on peut présenter comme des ennemis farouches à Ouattara.

Lesquels ?

Il s’agit des éléments Frci mécontents face aux promesses non tenues de Ouattara. Tous ces jeunes gens qu’on a recrutés partout pour en faire de chairs à canon devenus des supplétifs de l’armée actuelle broient du noir. Ils ont abandonné leurs familles et leurs activités sous des promesses exorbitantes pour suivre et aider Ouattara à prendre le pouvoir par les armes. Ils ont risqué leurs vies et ils sont laissés pour compte aujourd’hui. On cherche même à les livrer à la vindicte populaire. Conséquence : ils vivent au quotidien révoltés. Ils en veulent terriblement à Ouattara. Et rien n’est fait pour les rassurer et les apaisés. Ils sont devenus comme des chiens enragés sans maître errant dans les rues. Ils constituent aujourd’hui, une poudrière ambulante. Il y a aussi la communauté wê. On n’en parle pas. Chassés brutalement de leur région natale et dépossédés de leurs biens, les membres de cette communauté qui sont encore en vie qui pour la plupart n’ont plus ni famille, ni terre, ne jurent que de se venger. Ils en veulent aussi à Ouattara qui a permis aux Burkinabé de les exproprier dans le sang de leurs terres pour le bonheur des chocolatiers du monde. Aujourd’hui, il n’y a personne pour dénoncer le génocide wè planifié qui se déroule sous nos yeux. Le cacao imbibé du sang wè ne gène personne. Que voulez-vous que les Wè survivants fassent ? Ils ne peuvent que rêver faire chuter Ouattara. De toute façon, ce sont des « morts-vivants ». Faire tomber l’actuel locataire de la présidence est devenu pour eux, une obsession. Il suffit de suivre les escarmouches de l’ouest pour s’en convaincre. Et la récente rencontre que Ouattara a eu avec ce peuple blessé dans l’âme ne changera rien car un peuple blessé devient blessant. Il faut noter également ce qui reste des partisans d’Ibrahim Coulibaly alias IB. On se souvient que ce dernier a été un des bras forts qui ont permis à Ouattara de réaliser son rêve. Mais il a été payé dans le sang. Lâchement. Ses partisans encore en vie et ses frères de Séguéla ruminent leur colère et leur vengeance contre Ouattara. De temps en temps, ils donnent de la voix dans la presse. Ils veulent la tête de Ouattara. Ils ne s’en cachent pas. Ils constituent une menace sérieuse pour la stabilité du régime de Ouattara. Et ce dernier ne le sait que trop bien. Ils sont un cauchemar pour lui car prêts comme des kamikazes à frapper à tout moment et en tous lieux.

Mais on pensait que le groupe d’Ib s’était désagrégé ?

C’est une erreur de le croire. Ce groupe tient bien. Et des Frci l’ont rallié. Il est à Abobo et à des antennes partout : Adjamé, Williamsville, Treichville, une partie de Yopougon. Il a même infiltré le palais présidentiel. Il constitue une vraie menace intérieure, déterminé qu’il est à en découdre avec Ouattara. Et les petites grèves dans le transport urbain comme les récentes échauffourées d’Abobo sont de leur fait.

Vous avez dit six groupes. Vous en avez cité trois. Il reste encore trois.

 

C’est ici que je vais peut-être surprendre. Parce que le commun n’y pense pas. On fait tout pour détourner l’attention de l’opinion sur leur agissement dans l’ombre. Par stratégie ? Peut-être. Par prudence ? Sûrement. Le premier d’entre eux, le plus pernicieux, j’allais dire le plus nocif est le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko. Eh oui ?! Qui l’eût pensé ? Il joue au plus fidèle des partisans de Ouattara, mais il attend patiemment dans l’antichambre de ce dernier pour lui ravir le pouvoir en temps voulu. Informé que son « patron » est de santé fragile, que ce dernier à tout moment peut quitter le monde des vivants même pour cause de stress fréquents et prolongés, il a été depuis longtemps mis sur orbite par la France de Sarkozy pour se préparer à s’emparer du pouvoir au cas où…C’est ce qui explique pourquoi lors des séjours prolongés de Ouattara à l’extérieur, c’est lui qui assume à la fois les charges de Premier Ministre, de Ministre des Affaires Etrangères, de Ministre de la Défense et de Ministre de l’Intérieur. Quand il ya une attaque dans le pays, c’est lui qu’on trouve au front. Et le ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi ne fait que faire office de chargé de communication ou de porte-parole. Hambak comme on le surnomme est le vrai ministre de la Défense. Je crois savoir que certaines attaques sont de son fait, pour exacerber le stress de Ouattara et le voir succomber. Hambak est le « Brutus » de Ouattara. Il attend de prendre le pouvoir et les dernières nominations de ses amis en qualité de Préfets de Région a pour but au plan militaire de contrôler le pays et rien d’autre à ses propres fins.

Qui sont les autres ?

Le plus intéressé dans l’entourage de Ouattara à assumer actuellement les charges de chef d’Etat est le jeune très ambitieux, le chef de l’ex-Mpci, le très-va-t-en guerre président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Il a troqué ses habits de Premier Ministre et de Ministre de la Défense pour parvenir à 40 ans à la tête de notre Assemblée pour parvenir directement au pouvoir par voie constitutionnelle en cas de vacance subite du pouvoir. C’est pourquoi, chaque fois qu’il ya eu une attaque, on l’a toujours surpris sur son twitter prêt à revendiquer le pouvoir au cas où ces attaques parviendraient à liquider le président Ouattara ou le chasser simplement du pouvoir.

Comme dans le scénario malien ?

Exactement. Dans sa tête, Ouattara est déjà mort. Il attend lui aussi comme Hambak l’instant fatidique pour s’emparer du pouvoir. En attendant, il construit son réseau. Ses récents voyages à l’étranger ont pour but manifestement de se faire connaître et de rassurer les autorités du monde quant à sa capacité à exercer le pouvoir d’Etat. Mais dans son schéma, il craint deux adversaires redoutables : Hamed Bakayoko dont il connait les ambitions de conquête du pouvoir et les partisans d’Ib qui le tiennent dans leur ligne de tir parce qu’à leurs yeux il est l’assassin de leur chef. Mais il ya aussi le Fpi dont le poids politique quoiqu’on dise encore, pesant dans le pays, constitue un obstacle réel à la réalisation de ses ambitions. D’où son appel ces derniers temps à rassembler les forces politiques pour se débarrasser de ce parti en « l’éradiquant » de la scène politique ainsi que ses amalgames pour faire croire à l’opinion nationale et internationale que ce parti et ses alliés sont proches des islamistes. Parce qu’il est conscient que nul ne peut gouverner sereinement ce pays s’il n’a le soutien démocratique du Fpi. Sans le Fpi, le peuple ne se reconnaîtra dans un quelconque pouvoir.

Qui est le dernier ennemi de Ouattara ?

C’est le président Bédié et le Pdci. Ils n’ont jamais consommé leur chute depuis 1999. Depuis, ils cherchent à reconquérir le pouvoir. Mais affaibli par le poids de l’âge et par l’image trop ternie résultante de son long règne, le Pdci s’est rapproché du Rdr par un calcul simple. Bien instruit de ce que les Ivoiriens dans leur majorité ne voulaient pas du Rdr et de son mentor Alassane Ouattara, il a fait une alliance contre nature avec ce parti et par des attaques en règle contre le Fpi, il a dépensé beaucoup d énergie à brocarder et à discréditer la politique de refondation en espérant que, le Fpi détruit et absent de la scène politique, les Ivoiriens préféreront mille fois le Pdci au Rdr qui reste pour lui un ennemi. Une partie du schéma a fonctionné. Gbagbo n’est plus au pouvoir et depuis, le Pdci rêve de reprendre ce qu’il considère comme « sa chose ». Mais la suite n’est pas encore acquise. Si Ouattara, dans le respect du partage de l’Exécutif avec le Pdci, avait accepté Kablan Duncan comme Premier Ministre, il aurait été longtemps évincé du perchoir. Avec Jeannot Ahoussou Kouadio à la Primature, le Pdci a dû ravaler son funeste projet de chasser Ouattara du pouvoir. Aujourd’hui, le Pdci qui n’a pas encore renoncé à ses ambitions, est l’auteur véritable des escarmouches et autres attaques dans le pays. Il tient bien la gendarmerie dont le commandant supérieur est un militant patenté de ce parti. Les sorties et autres exercices militaires avec des chars dans le pays est à suivre de très près. Les manœuvres militaires peuvent surprendre. N’avez-vous pas remarqué que c’est toujours Le Nouveau Réveil, journal qui lui est proche qui annonce toujours des plans de déstabilisation en accusant le Fpi ? Le Pdci veut revenir au pouvoir par un coup de force, mais en utilisant le Fpi comme bouclier. S’il réussit, c’est tant mieux pour lui, s’il échoue, le Fpi est le commanditaire tout désigné. Il renverse, comme on le dit au village, la dame-jeanne d’huile de palme avec les pieds et lorsqu’on demande qui a fait cela, il montre les paumes de ses mains propres pour clamer son innocence tout en pointant un doigt accusateur vers un autre pour éviter la répression. Je n’ai pas besoin de dire que c’est une attitude lâche. Si, aujourd’hui, malgré son âge, Bédié refuse de prendre sa retraite à la tête du Pdci, c’est qu’il a bon espoir qu’il va réaliser son coup. En prenant comme Premier Ministre Daniel Kablan Duncan, Ouattara met en place le puzzle de sa chute.

Pour vous donc, si on vous a bien suivi, les vrais déstabilisateurs du pays sont dans l’ombre et c’est le Fpi qui est épinglé.

Tout à fait. Le but, c’est endormir Ouattara et en même temps se débarrasser d’un acteur politique gênant qu’est le Fpi. Les dernières arrestations des cadres du Fpi après celles qui ont suivi la chute du président Laurent Gbagbo le 11 avril 2011, on l’aura compris, ne visent qu’un seul objectif : éloigner les potentiels concurrents dans la course au pouvoir. Mais c’est peine perdu avec le Fpi. Ce parti, comme une hydre régénèrera chaque fois qu’on lui sectionnera un membre. Il est fait pour la Côte d’Ivoire libre, démocratique et souveraine. En alerte constante, malgré les épreuves et toutes les adversités du moment, il est pour les Ivoiriens la flamme qui éclaire et réchauffe leurs nuits froides et le rocher sur lequel ils s’appuient pour résister contre la nouvelle dictature rampante ouattarienne, dictature contre- productive et anachronique qu’on essaie de nous imposer. Le Fpi est et restera pour nos compatriotes le rempart de la liberté et de la démocratie. Je l’ai déjà dit en plusieurs occasions : ce parti est comme un roseau. On peut le plier mais il ne se rompra jamais. Et on le voit bien, 18 mois après l’arrivée au pouvoir de Ouattara, la stabilité politique et sociale ainsi que la relance économique du pays dépendent de ce parti qui compte et avec qui, il faut franchement discuter. A vouloir le détruire ou l’affaiblir par des méthodes antidémocratiques, le victimiser chaque jour, on l’aide à conquérir des espaces de sympathie dans le cœur des Ivoiriens qui n’entendent que sa voix. Donc, asseyons-nous et discutons.

A propos justement de discussion et de réconciliation, on a l’impression qu’on tourne en rond

Tout à fait. Tout le monde connait et voit ce qu’il faut pour réconcilier les Ivoiriens mais on fait tout pour le contourner et l’ignorer. Pour apaiser les cœurs meurtris et lancer et donner une chance à la réconciliation, il faut, tout le monde en convient désormais, que le président Gbagbo soit libéré de La Haye. Présent dans son pays, lui seul peut trouver les mots justes pour calmer les esprits et amener les Ivoiriens à pardonner et les inviter à repartir. Nous avons eu 18 mois pour tenter une aventure de réconciliation entre les Ivoiriens, on a eu à dépenser beaucoup d’argent à cette fin, et cela n’a rien donné. Le schisme entre les Ivoiriens est profond. Seul Gbagbo présent peut pousser les Ivoiriens à se retrouver. Donc, trêve de tergiversation ! Il faut que les tenants actuels du pouvoir fassent preuve de courage et de dépassement de soi pour travailler à faire retourner sans condition Gbagbo au pays s’ils veulent vraiment de la réconciliation. Ceux qui dans les officines du pouvoir pensent le contraire, non seulement ils aiment voir la Côte d’Ivoire en lambeaux pour pouvoir tirer de funestes avantages mais ils souhaitent la chute de Ouattara. Car, tant que Gbagbo sera à La Haye, l’inimitié entre Ouattara et le peuple ivoirien s’approfondira.

Pensez-vous que le président Gbagbo peut revenir un jour au pays ?

J’en suis plus que convaincu et j’invite les Ivoiriens à le croire aussi. Gbagbo nous reviendra pour la stabilité de notre pays et le bonheur des Ivoiriens. De plus en plus de part le monde, ils sont nombreux ceux qui se mobilisent pour sa cause. L’Union Africaine fait de sa libération même provisoire un point d’honneur. Tout cela montre que la Côte d’Ivoire est un pays essentiel et on ne peut pas y faire n’importe quoi. Je pense comme plusieurs compatriotes que Dieu a la main sur ce pays et il ne veut pas sa perte. On aura remarqué que tous ceux qui ont cherché sa destruction et souhaité la chute de Laurent Gbagbo sont aujourd’hui frappés de malheur : Chirac a perdu la raison ; De Villepin a maille avec la justice et frappé d’anathème dans la vie politique française ; Alliot-Marie est rangée dans les oubliettes réduite à sa plus petite expression ; Wade et Sarkozy sont partis du pouvoir de la façon la plus honteuse de leur existence ; Jean Ping a été poussé à la porte de l’Union Africaine dans l’humiliation … J’observe tout cela . Coïncidence ?! Peut-être. Mais coïncidence surprenante. Et aujourd’hui rien ne va au pays. Tout est bloqué. Et ce n’est pas les changements successifs de gouvernement qui vont régler les choses. Pour sauver la Côte d’Ivoire, il faut libérer Gbagbo

Mais apparemment à La Haye, les choses sont vues autrement.

Tout à fait. La dernière décision des juges maintient encore Gbagbo en détention pour des raisons fallacieuses. Cependant, ils ont bien compris l’enjeu de la libération de Gbagbo. Ils comprennent bien que juridiquement ils ne peuvent pas garder le président Gbagbo qui commence à devenir un prisonnier encombrant et gênant dont la condamnation risque de discréditer à jamais cette institution. C’est pourquoi ils recherchent une solution politique au maintien ou non de Gbagbo en prison. Pour ma part, je suis confiant et je pense qu’on chemine vers la libération du président Gbagbo. Le fait que dans leur dernière décision les juges aient fait une ouverture sur la possibilité de voir Gbagbo hors de La Haye mais accueilli dans un autre pays ouvrant du coup le débat politique sur sa détention est en soi une victoire qu’il faut saluer et retenir. C’est pourquoi, il n’y a pas de raison de désespérer.

Interview réalisée par K. Kouassi Maurice in Le Temps du samedi 17 novembre 2012

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 16:07

29 Novembre 2011 - 18 Novembre 2012. Bientôt un an que le président Laurent Gbagbo est illégallement détenu à la Haye !

Entre temps, qu'est ce qui a exactement changé sur le terrain? 

Bernard Houdin, conseiller spécial du président Gbagbo sera présent dans nos studios ce dimanche 18 Novembre 2012, 13h à Montréal/Newyork, 19h à Douala, 18h à Abidjan. 

Libération président Gbagbo, réconciliation, l'Ado-dissolution, traques aux pro Gbagbo et attaques tout azimuts... Autant de questions qui seront au menu de l'échange.

Sans détour c'est tous les dimanches 13h à Montréal sur notre lien radio

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 10:45

NOUS militants des droits de l’Homme et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sommes ici pour interpeller Reporters Sans Frontières sur les graves atteintes à la liberté de la presse qui sévissent en Côte d’Ivoire. Cette chape de silence médiatique n’est pourtant pas celle de la PAIX mais bien celle de la TERREUR !


Reporters sans frontières (RSF) est une organisation non gouvernementale internationale fondée par Robert Ménard, Jean-Claude Guillebaud et Rony Brauman en 1985, qui se définit  ainsi : « Reporters sans frontières défend les journalistes emprisonnés et la liberté de la presse dans le monde, c'est-à-dire le droit d'informer et d'être informé, conformément à l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme. » Alors que les libertés fondamentales - à commencer par celle de la presse - n’ont jamais autant été bafouées en Côte d’Ivoire que depuis l’installation par la force de Dramane Ouattara le 11 avril 2011, vous avez estimé dans votre « bilan en « demi-teinte » pour la liberté de l’information en Côte d’Ivoire » publié le mercredi 25 juillet 2012 - soit la veille de la rencontre Hollande-Ouattara à PARIS - que « Seize mois après l’accession d’Alassane Ouattara à la présidence de la Côte d’Ivoire, […] l’environnement pour les médias s’est progressivement amélioré ».  « Amélioré » dites-vous ?


·  Des journalistes sont toujours emprisonnés : il s’agit notamment de Martin Sokouri Bohui, directeur général de La Refondation SA (éditrice de Notre Voie), Norbert Gnahoua Zibrabi, ancien directeur de publication de L’œil du peuple et ancien conseiller technique de Laurent Gbabgo détenus depuis le 11 avril 2011. Ousmane Sy Savané, directeur de publication de plusieurs quotidiens ivoiriens proches de Laurent GBAGBO est également maintenu en détention depuis le 27 mars 2012 (A noter d’ailleurs que RSF a bizarrement été le premier à connaître le motif fallacieux de son arrestation - atteinte à la sureté de l’Etat - avant même son avocat et sa famille, ce motif ayant d’ailleurs été retenu abusivement avant lui contre Herman Aboa qui aura passé 5 mois en prison avant d’être totalement blanchi !) ;


·Les sièges de plusieurs journaux ont été occupés, saccagés et systématiquement pillés, notamment ceux de Notre Voie, du Nouveau Courrier, du Temps et du Quotidien d’Abidjan ;


·Des menaces de mort et des sanctions aussi illégitimes que disproportionnées frappent les journaux d’opposition, telle la suspension des journaux pro-gbagbo pour avoir publié des photographies de Laurent Gbagbo et de ses proches, accompagnées de légende indiquant les postes de ministres occupés par ces personnalités durant la crise post électorale ou encore pour avoir osé appeler Alassane Ouattara « Dramane » ;


·La lumière sur la disparition de Guy André Kieffer - que vous appelez de vos vœux certes mais à laquelle nous sommes encore plus attachée tant elle a été injustement instrumentalisée pour diaboliser le couple Gbagbo  - n’a toujours pas été faite ;


·Les assassinats d’Antoine Massé le 7 novembre 2004 dans la région de Duékoué et de Sylvain Gagnetaud présentateur d’émissions à la Radio de Yopougon aux alentours du 08 mai 2011 – tous deux proches de l’ancienne mouvance présidentielle - n’ont également toujours pas été élucidés.


·De nombreux journalistes proches de l’ancien régime ou tout simplement soucieux du respect des institutions de la République de Côte d’Ivoire sont en exil totalement démunis et abandonnés de tous y compris de votre organisation supposée les protéger.


Vous vous draperez sans doute dans votre dignité outragée à la lecture de cette interpellation peu amène. Car il est vrai que vous avez rédigé des communiqués pour appeler à la libération d’Herman Aboa, des trois journalistes de notre Voie arrêtés auparavant, de Nina Bolou, directrice des ressources de Cyclone, tous remis en liberté, et plus récemment d’Ousmane Sy Savané. Il est encore vrai que vous avez octroyé une bourse d’assistance à la journaliste Awa Ehoura et que vous avez diffusé un communiqué sur la disparition tragique d’Antoine Massé et Sylvain Gagnetaud. Mais au-delà de ce bref et unique communiqué de circonstance, aucune action d’envergure de nature à donner de la visibilité à ces tragiques disparitions de journalistes n’a été entreprise par RSF contrairement à la polarisation de vos actions sur l’affaire Guy André Kieffer certes légitimes mais qui n’ont aucune chance d’aboutir tant que les Juges, les médias et vous-mêmes vous interdirez d’autres pistes sachant que Guy André Kieffer avait mis en cause le clan Ouattara dans des affaires de spéculations sur le cacao via la société Armajaro dont Loïc Folloroux, le gendre de Ouattara n’est autre que le Directeur Afrique !

 

Toutes ces gesticulations suffisent peut-être à donner une apparente « objectivité » à votre couverture des atteintes à la liberté de la presse en Côte d’Ivoire au lecteur non averti, un peu comme l’excellent mais pervers travail de répartition des victimes à titre posthume auquel se livre complaisamment Human Right Watch, organisation non gouvernementale avec laquelle vous avez un point commun de taille qu’il me plaît d’ailleurs de citer ici : la contribution financière à vos activités respectives de Georges Soros grand ami de Ouattara… Mais malheureusement, c’est aux antipodes de ce qu’il faudrait faire pour que la censure et l’autocensure cessent d’être au service de l’occupation du pays par la France via le régime sanguinaire de Dramane Ouattara.


Dans un pays où c’est la force qui gouverne, où les lois et les principes qui régissent le fonctionnement normal des institutions ont cessé de s’appliquer, le seul moyen d’empêcher les massacres, les tortures, les viols, les pillages, les arrestations extrajudiciaires et les disparitions inquiétantes de centaines de militants réels ou supposés de l’ancien Régime, c’est de juger les coupables, car l’impunité est source de récidive. A défaut de Justice un tant soit peu équitable, il faudrait au moins que quelques projecteurs puissent se braquer sur ceux qui commettent ces crimes afin de freiner leurs ardeurs criminelles… Au lieu de cela, nous assistons à entreprise multiforme et multipolaire de désinformation pour essayer par tous les moyens de justifier le coup d’Etat le plus long de toute l’Histoire néocoloniale !


Vous participez ainsi à l’inversion de la victime et du bourreau dans le domaine de la liberté de la presse qui nous intéresse. Vous admettez d’ailleurs sans difficulté dans votre classement de la liberté de la presse RSF de 2011/2012 que la Côte d’Ivoire a chu de 41 places, en tentant d’en attribuer l’entière responsabilité au conflit post-électoral dont serait seul responsable Laurent Gbagbo, reconnaissant ainsi implicitement que la liberté de la presse était beaucoup mieux assurée sous son règne.


Non seulement vous avez failli à votre mission de défendre le droit d’informer, mais vous méprisez totalement notre droit d’être informés, votre deuxième objectif principal si l’on s’en réfère à votre propre définition. Les crimes les plus odieux sont perpétrés quotidiennement en Côte d’Ivoire et aucun grand média occidental n’en parle mais de surcroit quand des journalistes ou tout simplement des citoyens ont le courage de les dénoncer en Côte d’Ivoire, où ils risquent ainsi leur vie ou ailleurs, vous n’en parlez pas, fidèles en cela à la « stratégie de l’édredon » qui consiste à ne pas réagir aux accusations en espérant qu’elles se tasseront d’elles-mêmes.


Suite à l’enlèvement de Simon Pierre Ehivet – le frère de la Première Dame - ce jeudi 01 novembre consécutivement à la parution d’un article de Maria Malagardis dans le quotidien Libération mentionnant son nom et sa qualité, nous vous suggérons de rappeler les journalistes que vous défendez à leurs obligations déontologiques  – à commencer par la protection de leurs sources.  Dame Malagardis n’en est pas à son coup d’essai ayant déjà commis cet article que nous ne nous souvenons pas de vous avoir entendu condamner où elle relayait la rumeur la plus indécente selon laquelle « Simone Gbagbo se tresserait avec les nerfs d’enfants béninois sacrifiés », déshumanisant ainsi celle qui allait pouvoir être livrée aux mauvais traitements des FRCI en toute impunité. Vous d’habitude si prompts à remettre les journalistes africains dans le droit chemin n’avez jamais condamné ce genre de dérives pas plus que celles de Vincent Hugeux ou encore Antoine Glaser justifiant les mauvais traitements des Gbagbo par des accusations calomnieuses pourtant condamnées par la Justice française. Il est vrai que ces pseudos journalistes experts de l’Afrique et la Côte d’Ivoire sont Européens d’origine donc absolument pas « soupçonnables » de xénophobie ou de partialité !


Nous manifestons depuis plus de 2 ans et déplorons de nombreux cas de violences policières jamais relayés par les médias que vous défendez, pas plus d’ailleurs que celles beaucoup plus souvent mortelles commises en Côte d’Ivoire. Ainsi deux de nos militants ont été violemment pris à parti par les forces de l’ordre hollandaises en marge de l’audience de la CPI du 30 octobre 2012 sans qu’il en soit fait état nulle part de la même façon que peu de média ont parlé de Laurence sauvagement défigurée par des Pro-Ouattara. J’ose sans peine imaginer la frénésie qui se serait emparée des médias si elle avait seulement été juive, anti-Assad ou encore anti-Ahmadinejad.


Par votre silence ou vos indignations sélectives, vous vous rendez complice des violences en tous genres qui continuent d’endeuiller le pays. Mais nous sommes partisans de la non violence active telle que nous l’a enseignée Laurent Gbagbo - qui n’exclut d’ailleurs pas la légitime défense – Alors nous continuerons de vous interpeller avec la seule arme que nous connaissons qui gagne toujours à long terme : la VERITE.


« Le véritable courage consiste à dénoncer les crimes commis par son propre camp et non ceux commis par l'adversaire! »  Bertrand Russel

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 23:48
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 23:04

NOUS, militants des droits de l’Homme et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sommes à nouveau rassemblés aujourd’hui place de la Bourse à Paris pour dénoncer les médiamensonges de la presse occidentale sur la Côte d’Ivoire, à commencer par ceux véhiculés par l’Agence France Presse que nous rebaptisons pour l’occasion « Agence Françafricaine des Professionnels du mensonge d’Etat ».

Pour comprendre notre indignation face à votre « couverture » médiatique du monde et particulièrement de la situation en Côte d’Ivoire, il suffit de comparer la réalité de votre ligne éditoriale aux valeurs dont vous vous réclamez : « L’AFP est l’un des grands médias mondiaux grâce à son réseau, à la compétence de ses journalistes et de ses techniciens mais aussi parce qu’elle a depuis longtemps fait siennes des valeurs fondamentales. La vérité, l’impartialité et le pluralisme sont ainsi les règles d’or de l’AFP.»

Quid de la « vérité » ? Depuis le 11 avril 2011, rien sur le génocide du peuple Wê qui se poursuit dans le Sud Ouest du pays, sur les arrestations arbitraires, les tortures de prisonniers politiques, les disparitions inquiétantes, les extraditions ou demandes d’extradition sans base légale, les aveux télévisés obtenus sous la torture, les atteintes à la liberté d’expression, à commencer par celle de la presse (cf. motion RSF du 03/11/12 et communiqué de presse du JV11*),…

« Aucun utilisateur des informations de l’AFP ne doit pouvoir y déceler une opinion sur les faits présentés. » dites-vous en parlant de l’« impartialité » dont vous vous prévalez. Vous avez le droit de ne pas apprécier Laurent GBAGBO, son parti le FPI et son Gouvernement, pas celui de mépriser le peuple ivoirien et de mentir au monde entier en reprenant unilatéralement les « éléments de langage » du pouvoir en place. Comme le rappelle Michel GALY dans son article du 03 avril 2011* : « Pour l'Elysée, le Quai d'Orsay et... la presse française, «Laurent Gbagbo doit partir» et «Alassane Ouattara est le président reconnu par la communauté internationale».  Ainsi même dans vos communiqués de presse les moins partisans comme celui consacré à l’attaque du siège du FPI le 18 août dernier*, vous ne manquez pas de terminer - comme vous le faites systématiquement -  par un rappel de la prétendue victoire d’Alassane Dramane Ouattara en ces termes : « Laurent Gbagbo, qui avait plongé son pays dans la crise en refusant de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010, est détenu depuis fin 2011 à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne de crimes contre l'humanité. »

Informer sans déformer comme vous  prétendez le faire suppose de présenter les faits le plus objectivement possible. Pourquoi alors ne rappelez-vous jamais  la paternité de la rébellion attribuée à Ouattara par ses plus fidèles chefs de guerre, à commencer par Zacharia Koné toujours libre et promu dans  l’Armée régulière de Côte d’Ivoire en dépit des preuves de crimes contre l’humanité qui pèsent contre lui à l’instar de Fofié Kouakou, Chérif Ousmane, Wattao, Losséni Fofana, Amadé Ourémi, … ? Et surtout pourquoi n’interrogez-vous jamais la responsabilité de Guillaume SORO dans les crimes qui endeuillent la Côte d’Ivoire depuis 2002 (devenu Président de l’Assemblée Nationale bien que ne remplissant pas la condition d’âge prévue par la Constitution et potentiel Président intérimaire en cas de vacance du pouvoir… accidentelle bien entendu, quoi d’autre) ?

Défendre le « pluralisme » ne suppose-t-il pas de donner la parole à toutes les parties en présence dans un conflit ? Or nous constatons que vous prenez systématiquement pour argent comptant les déclarations du Gouvernement français, de l’ONUCI, et surtout des autorités de fait de la Côte d’Ivoire en dépit des nombreuses accusations qui pèsent contre toutes ces parties au conflit. Vous relayez les accusations de participation à des actes de déstabilisation de la Côte d’Ivoire ou encore d’alliance avec Ansar Dine via un pseudo rapport de l’ONU, mais vous ne publiez jamais les démentis des personnes mises en cause. Ainsi en est-il du communiqué du Ministre Ahoua Don Mello du 02 ocobre 2012 en réponse à votre communiqué mensonger de la veille* ou encore de celui du porte parole de la Coordination du FPI en exil du 09 octobre dernier* qui établit formellement l’impossibilité matérielle de la présence des personnes incriminées à cette rencontre de Takoradi au Nord Mali dont vous faites état.

La France a anéanti l’aviation militaire ivoirienne le 6 novembre 2004 sous le prétexte fallacieux du bombardement de Bouaké injustement attribué à Laurent GBAGBO ayant entraîné la mort de 9 soldats français. Aujourd’hui plus personne ne parle de ce drame alors que l’avocat même des familles des victimes est convaincu de l’innocence de Laurent GBAGBO et de l’implication de la France dans cette tragédie. La force Licorne est accusée d’avoir tué au moins 67 civils aux mains nues devant l’Hôtel Ivoire d’Abidjan le 09 novembre 2004 avec pour preuve accablante le reportage de 90mn diffusé sur Canal + avant d’être censuré par la suite. Un Collectif de victimes appelé COPAVIL* a même engagé des poursuites judiciaires à la suite de ce drame, action jamais relayée par l’AFP à notre connaissance.

Nous vous enjoignons enfin à respecter vos propres engagements : « La correction des erreurs, même découvertes longtemps après leur apparition, est obligatoire. Elle participe du même respect de la vérité. ». Nous attendons donc vos correctifs sur l’instrumentalisation éhontée du massacre des 6/7 femmes d’Abobo qui a servi à justifier la mise en œuvre de la résolution 1975, c’est-à-dire l’intervention de l’ONUCI et de la Licorne supposée protéger les populations civiles, mais finalement consacrée à bombarder des cibles civiles et militaires d’un pays souverain avec lequel la France n’était pas en guerre. Mais si vous voulez vraiment retrouver un peu de crédibilité, commencez par rétablir la vérité sur le rassemblement que nous avons tenu le 3 novembre 2012 pour exiger la libération des prisonniers politiques et le rétablissement de l’Etat de droit en Côte d’Ivoire en interpellant RSF sur les atteintes aux libertés de la presse. Vous titrez « Côte d’Ivoire : manifestation pro-Gbagbo à Paris »,  « quelques dizaines de partisans de l’ancien Président…» en illustrant d’une photo où l’on ne voit que 2 manifestantes alors que nous étions entre 150 et 200 sous vos fenêtres à dénoncer le silence et le mensonge médiatique sur la souffrance du peuple ivoirien. Si vous prenez de telles libertés avec les faits aussi près de votre Rédaction, nous imaginons sans peine les contre-vérités ou mensonges par omission sur ce qui se passe à des milliers de kilomètres, sans oublier les pressions que vous subissez pour occulter le rôle de la France dans cette occupation de la Côte d’Ivoire via le régime illégitime d’Alassane Dramane Ouattara !

« La propagande est à la démocratie ce que la violence est à la dictature.»  Noam CHOMSKY

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 15:09
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article