Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RESISTANCE AFRICAINE

RESISTANCE-AFRICAINE.jpg

*********************************

afriquemediatv.jpg 

**********************************

118x118-vNP.jpg

*********************************

1459821_523266021102495_1419197891_n.png

*********************************

 

Recherche

YOUTUBE

 7749081576_f256dba668_z-300x300.jpg

FACEBOOK

 Cracked-Facebook-Logo-1500x1500-psd49009.png

15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 17:21

EDITION SPECIALE AVEC AHOUA DON MELO 2 PARTIE

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans COTE D'IVOIRE Afrique FPI France
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 14:01

Au Nigeria, les investisseurs ne cachent pas leur inquiétude dans l'attente des recommandations de la Banque centrale. La banque nigériane avait en effet annoncé le mois dernier, des mesures pour assurer la flexibilité du taux de change dans l'objectif de réduire les effets de la crise nationale des changes.

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans Afrique
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 13:59

Le ministre sierra-léonais des Affaires étrangèrs Samura Kamara en visite en Chine a réaffirmé le soutien de son pays à la position de la Chine sur la question de la mer de Chine méridionale.

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans CHINE Afrique
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 06:37

FRANCE DEUX BLOCS POLITIQUES : FN PATRIOTES Vs LR PS MONDIALISTES

Procès Gbagbo: Fatou Bensouda au centrafricain Pascal Bida Koyagbele «il n’y a rien de sérieux contre Gbagbo, c’est juste une pression politique venant de la France et je ne peux rien faire»

Citoyen TV : suivez l'actualité du 14 JUIN 2016
REVUE DE WEB
CPI
BOTSWANA
RDC
FRANCE
RDV DEMAIN POUR LE PROCHAIN POINT DE L'ACTUALITÉ
#CitoyenTv

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans COTE D'IVOIRE CITOYEN TV France Russie SYRIE Afrique USA
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 19:35

La population réduite du Botswana fait que les statistiques peuvent cacher le défi du chômage. Les opportunités d'emploi sont aussi limitées que le marché est petit. Cela a engendré un secteur entrepreneurial très animé.

#CitoyenTv : https://www.facebook.com/CitoyenTv/

-----------------

http://rene.kimbassa.over-blog.com/2016/06/botswana-l-entrepreneuriat-alternative-a-une-offre-d-emplois-limitee.html

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans Afrique
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 00:52

FRANCE DEUX BLOCS POLITIQUES : FN PATRIOTES Vs LR PS MONDIALISTES

Procès Gbagbo: Fatou Bensouda au centrafricain Pascal Bida Koyagbele «il n’y a rien de sérieux contre Gbagbo, c’est juste une pression politique venant de la France et je ne peux rien faire»

Citoyen TV : suivez l'actualité du 13 JUIN 2016
FRANC CFA
- Franc CFA : la machine à cash de la Françafrique de Francois Mattei
DIASPORA
CONGO BRAZZAVILLE
RDC
SANTE
TURQUIE
USA
CHINE
FRANCE
RDV DEMAIN POUR LE PROCHAIN POINT DE L'ACTUALITÉ

#CitoyenTv : https://www.facebook.com/CitoyenTv/

-----------------

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans CITOYEN TV COTE D'IVOIRE Afrique USA SYRIE France
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 23:53

#CitoyenTv : https://www.facebook.com/CitoyenTv/

-----------------

Ça fait Débat du 110616

par Telesud

Date de publication : 13/06/2016
Durée : 53:03
Catégorie : TV

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans COTE D'IVOIRE Afrique
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 23:39
GABON : Assignation de Jean Ping

#CitoyenTv : https://www.facebook.com/CitoyenTv/

-----------------

URGENT

Assignation de Jean Ping en citation directe programmé pour vendredi 17 juin 2016, au Tribunal correctionnel de Libreville.

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans Afrique
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 23:15
L’Afrique doit-elle quitter la CPI ?

#CitoyenTv : https://www.facebook.com/CitoyenTv/

-----------------

‪#‎Afrique‬/‪#‎CPI‬,

L’Afrique doit-elle quitter la CPI ?
Experts et universitaires planchent sur la question en Nam
ibie

La faculté de droit de l’Université de Namibie organisent les 14 et 15 juin 2016 un colloque sur le thème « la Cour pénale internationale (CPI) et l’Afrique : les Etats africains doivent-ils mettre fin à leur appartenance à la CPI ? » pour débattre de cette question et discuter de la faisabilité d’un tel projet. Avant l’ouverture du colloque, le Professeur Félix TANO, l’un des intervenants, nous situe ici les enjeux des grands thèmes qui seront à débat.

Outre la Namibie qui abrite le colloque, les intervenants viennent de pays africains (Afrique du sud, Kenya, soudan, Côte d’ivoire) de la Russie et des Etats-Unis. Ce sont essentiellement des universitaires et experts de la justice internationale.
La Côte d’Ivoire fera l’objet de deux communications spécifiques. La première, « La situation en Côte d'Ivoire: La CPI est-elle l'instrument contemporain des déportations coloniales ? » sera présentée par Félix Tano, professeur de droit et consultant; et la seconde, « Le procès de Laurent Gbagbo à La Haye: La Cour pénale internationale sous les feux croisés » fera l’objet d’un exposé de Gnaka Lagoke, professeur d’histoire du monde et de l’histoire de l’Afrique a Montgomery College (Etats Unis), et fondateur de l’organisation, Revival of Panafricanism Forum.
Le colloque se déroulera sur deux journées de trois sessions chacune, introduites à chaque fois par un exposé liminaire. Les sessions de la première journée seront consacrées à la problématique du retrait de la CPI à travers les thématiques suivantes : « le retrait de la CPI : le problème » ; « la justice sans la cpi » et « la justice avec la Cpi ». La deuxième journée est consacrée à des questions spécifiques de Justice pénale (complémentarité), aux situations des pays africains portées devant la CPI (Lybie, Ouganda, Côte d’Ivoire,) et à la focalisation de cette cour sur l’Afrique.
Il est vrai que depuis quelques années, la CPI est l’objet de graves préoccupations. Outre les articles universitaires, des ouvrages très critiques lui ont été consacrés. Certains des auteurs de ces différentes publications seront d’ailleurs présents pour exposer les résultats de leur recherche.
Mais la question n’est pas discutée seulement que dans des cercles universitaires et intellectuels. Invité du Thabo Mbeki African Leadership Alumni (TMALI) Forum, l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki avait lancé le débat en demandant à son auditoire si « L’Afrique doit continuer à être membre de la CPI ». Il avait posé la problématique de la justice et de la paix en se fondant sur deux expériences pratiques. En effet, les communautés du nord de l’Ouganda qui subissaient les affres d’un conflit armé, avaient suggéré d’y mettre fin en recourant aux méthodes africaines de réconciliation. Les négociations avaient alors commencé sous la présidence du vice-président ougandais. Mais, ce fut le moment que la CPI choisit, à l’instigation des Etats-Unis, pour lancer un mandat d’arrêt contre Joseph Kony le leader de l’Armée de Résistance du Seigneur. Les négociations se sont alors arrêtées et Joseph Kony disparut. En Côte d’Ivoire, la CPI a décidé d’organiser un procès contre le Président Laurent Gbagbo, en dépit de ce qu’il représente pour la paix et la réconciliation et de ce que deux juges sur trois avaient estimé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour cela.
Mais cette initiative n’était pas la première du genre. Le Mouvement des africains français a lancé, depuis le 3 juin 2012, une « Pétition pour le retrait des Etats africains de la CPI ». En 2013, le parlement kenyan demanda à son gouvernement de sortir du Statut de Rome.L’Union africaine (UA) organisa un sommet spécial en octobre 2013 à son siège à Addis-Abeba pour aborder cette question. Enfin, récemment, en fin janvier 2016, sur proposition du Président Uhuru kenyatta, la Conférence des chefs d’Etat de l’UA a adopté, à huis clos, une résolution prévoyant « l’élaboration d’une feuille de route pour un retrait de la CPI ».
Faisant écho certainement à cette résolution, la Namibie a commencé le processus de son retrait de la CPI. Ce qui donne un relief particulier à ce colloque consacré à la question du retrait de l’Afrique,qui se tient justement dans ce pays. En attendant de s’engouffrer dans la voie du retrait, d’autres pays adoptent une attitude ouverte de défiance à l’égard de la juridiction pénale internationale. C’est ainsi que Le Président Yoweri Museveni n’a pas hésité à inviter le Président Omar El Béchir du Soudan à sa prestation de serment en mai dernier, en dépit du mandat d’arrêt international émis par la CPI à son encontre. Il a même déclaré à cette occasion que « La CPI n’est plus notre affaire. C’est un corps inutile».
Plus encore, devant l’injustice flagrante de la CPI, le président Zimbabwéen, Robert Mugabe a suggéré à l'Afrique d’« établir sa propre Cour pénale internationale (CPI) qui serait mandatée pour poursuivre les leaders Occidentaux qui ont commis des crimes sur le continent ».
La problématique qui est au centre de ce colloque est la preuve de l’échec de la CPI. En effet, le Statut de Rome créant la juridiction pénale internationale a été adopté en 1998 et est entré en vigueur en 2002. Si seulement après une quinzaine d’années de fonctionnement, son rôle pose problème, au point d’envisager la justice pénale internationale sans la cpi, et des alternatives, c’est que ses premières années de fonctionnement n’ont pas véritablement répondu aux attentes. Elle a même « déçu l’Afrique et l’ensemble de la communauté internationale » dans la mesure où, à l’encontre des ambitions de ses promoteurs, elle s’est transformée en bras armé de l’impérialisme occidental. L’ancien Président ghanéen John Jerry Rawlings déclarait d’ailleurs fort à propos que « la Cour pénale internationale (Cpi) est devenue un instrument politique dans les mains de certaines puissances occidentales, qui l’utilisent contre les patriotes africains. La Cour pénale internationale est utilisée contre les patriotes comme le Président Laurent Gbagbo ». La focalisation de la cpi sur l’Afrique intrigue d’ailleurs plus d’un, au point qu’un exposé dév
oilera son rôle réel en Afrique.

Professeur Félix TANO

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans Afrique
commenter cet article
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 22:55

Fréjus Koffi

UNIRTA _ UNION POUR UNE AFRIQUE LIBRE, SOUVERAINE ET PROSPÈRE

Pourquoi adhérer au projet "UNIRTA".

PRÉAMBULE : Depuis les indépendances des pays d'Afrique obtenues dans le sang, plusieurs stratégies politiques ont déjà été mises en œuvre en Afrique pour réunir les Africains. Malheureusement, aucun résultat positif n’a été obtenu jusqu’aujourd'hui par le simple fait que les Africains sont restés plus que jamais divisés. Il faut se rendre à l'évidence que notre continent, malgré la lutte acharnée menée par nos devanciers panafricanistes depuis Kwamé NKRUMAH, Um Nyobé, Jomo Kenyatta, Sékou Touré, Julius Nyéré, Patrice Lumumba en passant par les Amilcar Cabral, Modibo Kéita pour arriver à Thomas Sankara et enfin à Laurent Gbagbo aujourd’hui ; l’Afrique s'enfonce de jour en jour dans des crises politiques entraînant un mauvais développement socio-économique qui l’entraînent dans l'impasse. Les sources de cette situation sont non seulement l’impérialisme, mais également le manque d’unité entre les Africains. Il faut être UNI pour être plus fort, pour faire face à l’ennemi commun qui est l’impérialisme occidental. Ce projet de rassemblement de tous les mouvements politiques panafricanistes ou les partis politiques aux idéaux panafricanistes est une stratégie à adopter face au virus de la division qui détruit l’Afrique et l’empêche de prendre son envole. Cibles :

- Les souverainistes Africains - Les anticolonialistes - Les anti-impérialistes - Les patriotes - Les nationalistes - Les mouvements politiques - Les partis politiques aux idéaux panafricanistes - Les combattants de la Liberté - Les Africains épris de paix et de justice - Les victimes de l’impérialisme - Les médias panafricains Objectifs : De nombreux objectifs sont visés avec le projet "UNIRTA" entre autres : - la mise sur pied d’une organisation de la Resistance Africaine dirigée par une direction élue pour un mandat dont la durée sera définie par les textes fondateurs de l’organisation. - La mise sur pied d’un mécanisme d’Alerte Général. - Rendre accessible l’échange d’informations entre les différents membres de la plate forme. - Engager des mouvements instantanés de soutien ou de protestation à travers tout le continent et le monde au même moment. - Organiser l'impulsion d'une force populaire capable d’influencer les décisions non réglementaires (anti-constitutionnelles) des dirigeants du continent. - Combattre par des actions de masse les dictateurs, leurs parrains et alliés. - Soutenir les dirigeants panafricanistes persécutés par les impérialistes. - Proposer des solutions en cas de crise sur le continent Africain.

- Œuvrer pour la paix en Afrique Localisation : Chaque capitale politique d’Afrique abritera à tour de rôle les réunions de la direction de la Résistance. NOS BESOINS : Un tel projet nécessite un potentiel énorme en ressource humaine, moyen financier et matériel, le soutien des dirigeants Africains, de l’Union Africaine, des organisations sous régionales ou même de toute personne désireuse de le voir être réalisé.

1. Les dirigeants Africains : Les dirigeants de l’Afrique digne doivent soutenir ce projet en facilitant les déplacements dans leurs pays respectifs, en mettant à notre disposition les informations susceptibles de nous aider à atteindre nos objectifs et en nous aidant financièrement. Etant conscient qu’un tel projet soulèvera l’indignation des ennemis de l’Afrique, il revient à nos dirigeants d’assurer la sécurité de tous ces Africains qui s’engageront dans la lutte pour la libération de leur continent.

2. L’Union Africaine : L’union Africaine doit savoir dorénavant à travers ce projet quels sont les aspirations de la majorité du peuple Africain. Nous attendons d’elle de mettre à notre disposition les moyens financiers, matériels et morals nécessaires pour sa réalisation. L’union Africaine doit nous ouvrir sa tribune et ses médias pour expliquer aux Africains le bien fondé d’un tel projet.

3. Les organisations sous régionales : Idem que l’Union Africaine. Nous attendons d’elles de mettre à notre disposition les moyens financiers, matériels et morals nécessaires pour sa réalisation. Ces organisations doivent nous ouvrir leurs tribunes respectives et leurs médias pour expliquer aux Africains le bien fondé d’un tel projet.

NOTRE ENGAGEMENT : Ce projet qui est le fruit d’une très longue période de méditation, d’analyse de la situation politique Africaine et de la recherche des solutions aux différentes crises politiques sur notre continent se doit d’être réalisé avec beaucoup d’amours. C’est pourquoi l’engagement des personnes coptées pour sa mise en œuvre ne devra faire l’objet d’aucun doute. C’est un engagement vrai, qui ne subi aucune contrainte, ni même aucune pression venant de la part de qui que se soit. C’est un engagement qui ne souffre d’aucun complexe de couleur ou de culture.

CONCLUSION : Chaque Africain est le maître de sa destinée, mais tous les Africains sont le maître du destin de l’Afrique, d’où la nécessité de se mettre ensemble pour devenir plus fort et efficace dans nos actions. Nos devanciers ont tracé le chemin et il revient à notre génération de le parcourir malgré le fait qu’il soit parsemé d’embûches. Ce projet est la clé qui ouvre la porte à l’efficacité, c’est pourquoi nous tenons à sa réalisation. Service Com_Projet UNIRTA DESCRIPTION Mise en œuvre du projet "UNIRTA". La mise en œuvre de ce projet de rassemblement passera par plusieurs étapes dont la tournée de sensibilisation et d’information, le recensement des différentes cibles, la constitution de la base de données par pays et la mise sur pied de l’organisation de la Résistance Africaine.

Etape1 : tournée de sensibilisation et d’information Cette étape consiste à aller vers les cibles dans différents pays Africains pour leur expliquer le bien fondé de la réalisation du dit projet, leur expliquer avec plus de détails cette stratégie en les rassurants de la sincérité de son concepteur. C’est l’étape dite de prise de contact direct avec les cibles.

Etape2 : le recensement des différentes cibles Cette étape est l’une des plus importante en ce qu’elle consiste à recenser les différentes cibles par pays. Pour y parvenir, un comité doit être mis sur pied dans chaque pays pour l’exécution de la tâche, les médias seront mis en contribution pour l’appel et l’information. C’est cette étape qui marque le début de la constitution de la base de données par pays.

Etape3 : la constitution de la base de données par pays Cette étape est purement technique. Un logiciel de gestion sécurisée des données et des informations sera conçu.

Etape4 : la mise sur pied de l’organisation de la Résistance Africaine C’est l’étape cruciale.

Après avoir mis en place les bases de données par pays, une rencontre internationale sera organisée pour élire le bureau de la Direction qui coordonnera les actions qui seront menées. Il est bien de préciser ici que la mise sur pied d’une telle organisation n’empêche aucun mouvement ou parti politique de dérouler librement sa feuille de route interne, au contraire elle le fera dorénavant avec plus de soutiens et d’assurances. La diaspora Africaine en Asie et en occident Plusieurs organisations et mouvements de libération ont déjà vu le jour en Europe, mais le manque d’organisation et d’union entre ceux-ci ont toujours constitués un véritable frein à leur bon fonctionnement. Avec la réalisation de ce projet, toutes les actions seront coordonnées depuis un état major de la lutte, et ainsi l’individualisme d’un temps cédera mouvements de masse. Il faudra donc mobiliser en Asie et en occident, recenser les différentes cibles enfin de mettre sur pied une base de données pour toute la diaspora.

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com - dans Afrique
commenter cet article