Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RESISTANCE AFRICAINE

RESISTANCE-AFRICAINE.jpg

*********************************

afriquemediatv.jpg 

**********************************

118x118-vNP.jpg

*********************************

1459821_523266021102495_1419197891_n.png

*********************************

 

Recherche

YOUTUBE

 7749081576_f256dba668_z-300x300.jpg

FACEBOOK

 Cracked-Facebook-Logo-1500x1500-psd49009.png

10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 15:31

Soutien à Laurent Gbagbo: Les patriotes ivoiriens et africains marchent sur la Cpi

cpi-soutien-a-gbagbo.jpg

Manifestation-a-la-HAYE.jpg

Manifestation-a-la-HAYE-1.jpg

 


Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 11:05

source : notre voie

Soutien à Laurent Gbagbo: Les patriotes ivoiriens et africains marchent sur la Cpi aujourd’hui

La ville de la Haye, siège de la Cour pénale internationale (Cpi), va vivre une ambiance inhabituelle ce samedi 10 décembre. En effet, c’est ce jour, à partir de 13h, que le Comité de pilotage des actions de la diaspora (Cpad) organise une grande marche de soutien au président Laurent Gbagbo. L’information a été livrée, le 5 décembre dernier, par cette structure à travers un communiqué de presse dont nous avons eu copie.
Selon les organisateurs de cette manifestation, il s’agit, à travers ce rassemblement, de démontrer à la communauté nationale et internationale que le président Laurent Gbagbo n’est pas seul dans le combat pour la libération de l’Afrique entière contre l’impérialisme qu’il mène. Ils entendent, également, à cette occasion, dénoncer la colonisation politique et juridique de l’Afrique à travers la Cour pénale internationale. Les participants, à en croire les organisateurs, viendront de toute l’Europe. « La mobilisation à la Haye doit être mondiale », indique le communiqué. Qui invite les amis de l’Afrique et de la souveraineté des peuples et toutes les structures ivoiriennes et africaines de résistance à une forte mobilisation de soutien au président Laurent Gbagbo. Cette grande marche organisée par le Cpad fait suite à celle qui a lieu, samedi dernier, en France et qui a mobilisé des milliers de patriotes.
Depuis sa déportation au siège de la Cpi à la Haye, Laurent Gbagbo fait l’objet d’une forte mobilisation des patriotes ivoiriens et des Africains qui, de façon spontanée, ont décidé de lui apporter leur soutien et lui exprimer leur solidarité. Et ils n’entendent pas du tout baisser les bras ou l’abandonner jusqu’au jour de sa deuxième comparution prévue le 18 juin 2012.
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 22:03
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 13:56

LE-TEMPS.jpg

 


 
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 09:07

 
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 17:49

(source : le nouveau courrier)

Maitre-Emmanuel-Altit-400x224.jpg

Dans cette interview exclusive accordée au Nouveau Courrier, Maître Emmanuel Altit explique les batailles judiciaires à venir, évoque l’aide que peuvent apporter les Ivoiriens, annonce qu’il va faire une demande de liberté provisoire pour son client. Et raconte un homme qui a souffert, qui est physiquement éprouvé mais intellectuellement combatif.


L’opinion ivoirienne est surprise de la durée qu’il y a entre la première et la deuxième audience du procès du président Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale. Quelle est la justification technique d’un tel délai ? Pourquoi ne l’avez-vous pas contesté ?


Non. Loin de là ! C’est excellent pour nous parce que ça nous donne du temps. Comprenez bien que le procureur est en train de constituer un dossier et mène des enquêtes depuis extrêmement longtemps, et nous avons besoin, nous aussi, de temps. Par conséquent, plus la durée entre l’audience de première comparution, celle d’aujourd’hui, qui est en quelque sorte le coup d’envoi de la partie et l’audience de la confirmation des charges, qui est le moment où seront discutées les accusations, est longue, plus nous avons l’occasion de mener des enquêtes et de constituer notre propre dossier de manière à faire reculer ensuite le procureur.

Maintenant, est-ce que ce n’est pas une période trop longue durant laquelle le président va rester ici à La Haye ? Ma réponse est que cela n’a rien à voir. Nous pouvons demander, et nous allons demander sa liberté provisoire bientôt ! Il n’y a pas de lien direct entre la date de l’audience de confirmation des charges et notre demande de mise en liberté.


Quel est le statut du président Gbagbo ? Est-il inculpé ?


Non, il n’est pas inculpé. Il n’y a même pas d’accusation au sens strict du terme. Le procureur mène l’enquête en Côte d’Ivoire. Il a considéré que certains pouvaient, de son point de vue de procureur, être soupçonnés d’avoir eu un rôle. Pour les raisons que vous connaissez, il a décidé d’accuser le président Gbagbo. Pour se faire, il a demandé à la Chambre préliminaire de la Cour pénale internationale de l’autoriser à délivrer un mandat d’arrêt contre le président Gbagbo. Maintenant, pour plaider ce mandat d’arrêt, il a pu donner à la Chambre préliminaire des éléments. Mais ces éléments n’ont pas de valeur autre que celle de la parole d’un procureur. Ce ne sont que des allégations, ce ne sont pas des accusations. Il n’y aura des accusations que lors de l’audience de confirmation des charges. Le procureur déposera un acte d’accusation que nous discuterons et que nous essaierons de réduire à néant. En fonction de la manière dont seront discutées les accusations, peut-être qu’il n’en restera plus rien. Jusque-là il n’y a ni accusation, encore moins inculpation. Nous ne sommes pas dans une procédure où le juge peut inculper. Mais dans ce cas de figure, ce sont des parties qui font le procès. Il y a l’avocat de l’accusation – le terme est plus exact que procureur – et l’avocat de la défense. Ce sont ces parties qui font le procès, les juges prenant acte et vérifiant que les formes sont respectées.


Le président Gbagbo est donc dans une forme de détention provisoire. Mais en général, dans les droits nationaux, la mise en détention provisoire n’est pas aussi longue…


C’est pour cette raison que nous allons demander sa mise en liberté provisoire bien avant juin 2012.


Le procureur prétend que le fait qu’il soit en liberté peut entraver la justice…


Le procureur dit ce qu’il a envie de dire. Moi je dirai autre chose, et les juges décideront.


On a la vague impression que vous n’aurez pas accès au dossier avant juin 2012…


Non. Ce n’est pas comme cela que ça se passe. Le procureur a obligation légale de nous transmettre tous les éléments en sa possession le plus vite possible.


Dès demain, alors ?


Oui, dès demain, absolument. S’il ne le fait pas, nous utiliserons cette éventuelle erreur contre lui.


Est-ce qu’il pourra mettre de nouveaux éléments dans son dossier ?


Oui, il continuera de mener son enquête, je mènerai la mienne. Et lors de l’audience de confirmation des charges, on confrontera. Pour l’instant, nous n’avons pas beaucoup d’enquêteurs à notre disposition pour des questions de moyens. Nous espérons en avoir plus à l’avenir. L’accusation en a beaucoup plus que moi. En plus des enquêteurs officiels, ils disposent de moyens dont je ne dispose pas. Notamment l’aide des autorités ivoiriennes et des grandes puissances.


Avez-vous besoin d’aide ? Est-ce que des citoyens ivoiriens peuvent participer ? Avez-vous des besoins ?


Oui, nous avons des besoins très importants. Notamment financiers, pour payer les gens qui travaillent. Les citoyens ivoiriens peuvent donner, et sont bienvenus. C’est une question de justice. Il s’agit de dire quelle est et quelle a été la réalité de la situation en Côte d’Ivoire.


Vous avez eu le président Gbagbo. Vous l’avez eu longuement. Il a expliqué qu’il n’a pas été très bien traité. Les Ivoiriens sont inquiets pour sa santé.


Je peux les rassurer. Depuis son arrivée à La Haye, il est suivi médicalement, nourri de manière tout à fait correcte, et ses conditions de détention sont acceptables. Il est vrai que pendant sept mois, il a été traité d’une manière qui ne correspond pas à la manière dont doit être traité un président, ou un ancien président. Nous pensons qu’il va pouvoir récupérer. Je peux vous rassurer et rassurer les Ivoiriens . Intellectuellement, il est toujours le même. C’est un homme qui s’est toujours battu et qui va une fois de plus se battre pour faire prévaloir la vérité.


Est-ce qu’il peut s’informer, regarder la télévision, aller sur Internet ?


Oui, il peut regarder la télévision. Pour Internet, je ne peux pas vous le dire.


Propos recueillis par Théophile Kouamouo

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 08:30

Communiqué de presse

BERNARD HOUDIN

Bernard HOUDIN
Aujourd’hui, lundi 5 décembre 2011, un évènement impensable pour tout esprit imprégné de justice et d’humanité, s’est produit au siège de la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye (Pays-Bas) : l’audition du Président Laurent Gbagbo en qualité de prévenu devant la IIIème Chambre d’Accusation de la dite Cour.

Laurent Gbagbo, démocrate de toujours, qui a payé d’années de prison et d’exil sa volonté d’implanter le multipartisme en Côte d’Ivoire, condition sine qua none de la démocratie, source du développement harmonieux des sociétés humaines, « enfant des élections » comme il se défini lui-même, était ainsi traduit devant la justice des hommes par ceux-là mêmes qui, depuis près de dix ans, avaient ensanglanté et martyrisé le peuple ivoirien.
Proclamé élu par le Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire le 3 décembre 2010, arrêté par une force étrangère le 11 avril 2011, enfermé dans un cachot jusqu’à son transfèrement à La Haye le 29 novembre 2011, le Président Laurent Gbagbo vient, magistralement, de rappeler au monde sa grandeur d’âme et de réaffirmer la conviction de son bon droit.
Humblement, mais fermement, il a, en quelques phrases, recadré la vérité historique et rendu en un instant sa fierté à tout un peuple qu’il s’était juré de défendre en prêtant serment devant la Constitution de son pays le 4 décembre 2010.
Désormais le combat ultime pour la souveraineté nationale est engagé. Dans les semaines et les mois à venir la mobilisation, que nous appelions de nos vœux hier, va prendre toute sa dimension maintenant que le Président Laurent Gbagbo a fixé lui-même la « feuille de route » : vérité contre mensonge, démocratie contre dictature, liberté contre asservissement.
Ce soir, chaque ivoirienne et chaque ivoirien épris de paix et de justice se reconnait dans le Président Laurent Gbagbo et mesure à sa juste valeur sa détermination à faire prévaloir sa vision pour une Côte d’Ivoire maitresse de son destin.

Bernard Houdin
Conseiller Spécial et représentant du Porte –parole du Président Laurent Gbagbo pour l’Europe et l’Amérique.
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 18:39

L’Abidjanaise retentit dans la salle, Gbagbo lève la tête…

Venus pour encourager Laurent Gbagbo à l'occasion de la première audience dans le cadre de son procès à La Haye, des Ivoiriens d'Europe, soutenus par d'autres Africains – Sénégalais, Togolais… – n'ont pas pu communiquer leur chaleur au président renversé. En effet, la vitre séparant les acteurs du procès du public est une vitre sans tain. Gbagbo n'a donc vu ni les journalistes ivoiriens présents dans un compartiment spécial, en dépit du fait que certains se sont approchés de la glace pour lui faire un signe. Il n'a pas vu non plus ses supporters se trouvant dans l'espace réservé au public, bondé au point que son fidèle ami Guy Labertit n'a pas pu, malgré une invitation en bonne et due forme, y entrer.

 

A la fin de l'audience, les Ivoiriens d'Europe ont chanté en choeur l'Abidjanaise, suscitant la curiosité des journalistes occidentaux qui voulaient savoir de quel chant il s'agissait. A ce moment-là, le président Gbagbo a levé la tête… à leur grande satisfaction. Selon son avocat Emmanuel Altit, il a entendu le chant de ses partisans et en a ému. Les Ivoiriens qui ont fait le voyage de La Haye ont exprimé leur joie de voir un Gbagbo qui n'a rien perdu de sa pugnacité. Ils ont fait une haie d'honneur à la voiture qui le transportait au quartier pénitentiaire de la CPI, mais ne sont pas persuadés qu'il ait pu les voir, se trouvant dans un véhicule aux vitres fumées roulant à toute vitesse.

 

source : le nouveau courrier

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 21:25

march-du-4-a-paris.jpg

Dimanche-4-dec-2011-a-Paris.-Photo-deMaxime-Gogris-jpg

La journée panafricaine d'hommage à son Excellence le Président Laurent GBAGBO. Dimanche 4/12/2011 à Paris. Photo: Maxime Gogris.
Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 16:39

LETTRE OUVERTE DU MINISTRE CHARLES BLE GOUDE A TOUS LES IVOIRIENS ET AFRICAINS : "N’EST-CE PAS LE DEBUT ?" (05/12/2011)

Mes chers compatriotes,

 

Le mercredi 29 Novembre 2011, le Président Laurent Gbagbo a été transféré à la Cour pénale internationale de la Haye, aux Pays-Bas. Ce lundi 05 décembre 2011, il fera sa première comparution devant un juge, pour que lui soient signifiées les charges retenues contre sa personne. Et, c’est ce jour symbole que j’ai choisi pour m’adresser à vous.

 

Vous qui pleurez dans le silence. Vous dont le coeur saigne parce que ceux qui, voulant écarter définitivement le Président Gbagbo de la scène politique ivoirienne, en le transférant à la Haye, s’évertuent malencontreusement à vous faire croire que c’est la fin.

 

A la UNE de leur presse, nous avons pu lire : « Gbagbo, la fin », « Gbagbo à la Cpi », ou encore, « Gbagbo, c’est fini », sans pour autant nous préciser ce qui est fini ! S’il est une fin qu’ils annoncent, n’est ce pas la fin de la souffrance de Laurent Gbagbo ? Qui jusque là était soumis au désidérata de ses bourreaux dans le nord de la Cote d’ivoire. Cette région de notre pays devenue depuis le 11 Avril 2011, un lieu de déportation où sont détenus d’illustres fils et filles du sud, du centre, de l’est et de l’ouest de la Cote d’ivoire. N’est-ce pas aussi la fin du mensonge, de l’usurpation et de la forfaiture ? Ce qu’ils qualifient d’être la fin, n’est il pas le début ?

 

Mes chers compatriotes,

 

N’est ce pas le début ?

Le début de la vérité, avec Laurent Gbagbo au crachoir ce lundi et pour les mois à venir comme ils le souhaitent. N’est ce pas le début pour que soit révélé aux yeux du monde entier ce qui s’est réellement passé en Cote d’ivoire ? La vérité que l’on tente d’étouffer et de falsifier sera enfin dite par Laurent Gbagbo.

 

Il pointera du doigt les véritables responsables et auteurs des massacres de Duékoué, des familles brulées vives dans l’église d’Anokoi kouté, des 68 gendarmes égorgés à Bouaké, et de bien d’autres crimes que les organisations des droits de l’Homme, subitement devenues muettes, tentent curieusement de passer sous silence. N’est ce pas le début de la vérité ? La vérité qui est qu’en Cote d’ivoire, les libertés collectives et individuelles sont désormais confisquées.

 

N’est ce pas aussi le début du réveil ?

Comme celui de Soundjata, l’enfant- lion, le fils mal aimé, maltraité mais qui finalement deviendra la fierté de la famille. Le réveil de Laurent Gbagbo, notre leader, que l’on a vite fait d’enterrer et que ses

propres adversaires travaillent à ressusciter, sans le savoir. Debout, il éveillera les consciences de là ou certains croient l’avoir réduit au silence.

 

N’est ce pas le début ?

Le début de l’éveil des consciences des fils d’une Afrique digne, à qui les grandes puissances nient et confisquent leur liberté, sous le fallacieux prétexte de la démocratie, qu’ils installent à présent par rebellions interposées, à coup de canons, de missiles, sur fond d’invasion de nos terres ancestrales par des chars. Créant ainsi le désordre et le chaos. Toutes ces injustices seront dénoncées par Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale de la Haye.

 

Mes chers compatriotes,

La « fin », contrairement au rêve de ceux qui pensent faire du mal à Laurent Gbagbo, n’est que le début d’une autre étape de notre combat, certes âpre mais ô combien légitime.

 

C’est pourquoi je vous invite à rester fideles aux idéaux que nous a enseignés notre leader, Laurent Gbagbo, malgré les vicissitudes, afin que triomphe un jour la DIGNAFRIQUE. Car, je vous le dis, et vous le répète, ce qui se passe actuellement en Cote d’ivoire, est certes la réalité mais ce n’est pas la vérité.

 

Et c’est dans ce climat d’insécurité généralisée, vécue et reconnue par tous, que le pouvoir invite les ivoiriens aux urnes le 11 Décembre prochain, pour la tenue des élections législatives. Je me réserve le droit de vous donner la conduite à tenir le moment venu. Je vous demande par conséquent de rester à l’écoute du mot d’ordre dans les jours à venir. Sachez qu’ensemble, nous vaincrons ce mensonge. Mais en attendant, ne cédons à aucune provocation sous le coup de la colère.

 

Que Dieu bénisse la Cote D’ivoire

Que Dieu protège et fortifie Laurent Gbagbo.

 

Le 05 décembre 2011.

Ble Goudé

Charles Blé Goudé

Exilé politique.

Repost 0
Published by rene.kimbassa.over-blog.com
commenter cet article